Des certifications TI payantes

Le secteur des technologies a besoin de profils toujours plus spécialisés : un DEC ou un BAC ne suffisent plus à prouver ses connaissances informatiques à un employeur. Les certifications deviennent un excellent moyen de valoriser ses compétences et de faire progresser sa carrière. Survol de certaines d’entre elles, particulièrement recherchées.

Certifications par produit : l’exemple de l’infonuagique

« La majeure partie des solutions TI d’entreprises proposent aujourd’hui les certifications correspondantes, validant que le professionnel sait les mettre en place, les configurer et bien les utiliser », explique Mariam Ketabi, gestionnaire — ingénierie de services chez FX Innovation. Pour les organisations se tournant vers l’infonuagique, les certifications attenantes sont particulièrement demandées. « Dans le cadre de mon activité, poursuit Mme Ketabi, je constate la montée en puissance de nombreuses certifications touchant à l’infonuagique comme AWS (Amazon Web Services), Microsoft Azure ou le Cloud Google par exemple, tant en développement qu’en configuration et en architecture. Le domaine étant nouveau, peu de personnes sont encore certifiées. »

Certifications par domaine : la sécurité au premier plan

La sécurité informatique est un enjeu crucial dans une économie du tout numérique. Les entreprises s’arrachent les experts « capables de comprendre les enjeux, de suivre les bonnes pratiques, d’avoir les connaissances techniques et parfois d’amener les entreprises à obtenir des certifications en sécurité », précise Mme Ketabi. D’où la popularité d’une certification telle que CISPP (Certified Information Systems Security Professional). Pour les profils techniques, la certification CEH (Certified Ethical Hacker) démontre des compétences de pointe pour contrer les attaques informatiques.

Certifications méthodologiques : à combiner avec un savoir technique !

« À côté des certifications très spécialisées, on trouve celles relatives aux processus, aux bonnes pratiques ou aux boîtes à outils, comme ITIL (Information Technology Infrastructure Library), poursuit la gestionnaire. C’est un atout, même pour un profil très technique, d’avoir une certification sur les standards TI. » Quant à la très répandue méthode Agile, elle requiert des certifications de Scrum Master ou de Scrum Developper pour les informaticiens l’ayant adopté comme cadre de livraison de projets technologiques. Enfin, la certification PMP (Project Management Professional) reste un incontournable pour les gestionnaires ou les coordonnateurs de projets qui souhaitent prendre de l’envergure professionnelle.

« Combiner les certifications est payant, c’est certain, mais il ne faut pas oublier leur coût, conclut Mme Ketabi. Elles représentent un investissement si l’on veut les financer soi-même. Aussi, il faut penser à les entretenir, pour celles qui doivent régulièrement être mises à jour. »

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#