CV

Vos récentes expériences de travail en TI : c’est ce qui compte le plus

Au Canada, les expériences de travail récentes des candidats ont plus de poids que d’autres facteurs pour bon nombre de directeurs de l’embauche en TI, selon une récente étude de Robert Half.

Ce sondage en ligne, publié en septembre 2019, a été mené auprès de 270 dirigeants canadiens du secteur des TI. À propos des facteurs clés d’embauche, les répondants ont dû indiquer les critères qui, selon eux, importent le plus lors de l’évaluation du CV des candidats. Que ce soit pour des postes de niveau débutant ou des postes de niveau intermédiaire ou de direction, les expériences de travail les plus récentes sont arrivées en tête, suivies du succès et des projets antérieurs. 

Un résultat surprenant ?
Selon Albano DeJesus, directeur de succursale pour Robert Half Technology à Montréal, ce résultat s’explique aisément. « En ce temps de pénurie de main-d’œuvre où de nombreux postes sont à pourvoir, les recruteurs recherchent des candidats qui, grâce à leurs antécédents professionnels récents, sont en mesure d’intégrer rapidement l’équipe de travail, tout comme les projets et la philosophie de l’entreprise. » Autrement dit, on s’attend à ce que les candidats sélectionnés brillent, dès leur embauche.

Ainsi, les compétences techniques et les certifications ne suffisent plus. Les chercheurs d’emploi en TI doivent démontrer qu’ils ont accompli, dans un passé pas si lointain, des projets en lien avec ceux de l’organisation. « Ce qui prouvera qu’ils ont également fait une recherche sur les besoins de l’entreprise. Un CV impersonnel et non ciblé risque d’être rapidement mis de côté », ajoute Albano DeJesus.

Débutant ou non, l’expérience compte
Cela dit, comment des personnes fraîchement diplômées peuvent-elles mettre en valeur des expériences… inexistantes ? « Il est recommandé qu’elles soulignent des projets réalisés dans le cadre d’études, de stages, de formations ou d’activités bénévoles, répond l’expert. De plus, il serait faux de croire que les candidats plus expérimentés ont une longueur d’avance sur les juniors. Malgré leurs années d’expérience, ils n’ont pas nécessairement réalisé de projets en lien avec la nouvelle entreprise visée. Par conséquent, eux aussi doivent prouver la pertinence de leurs parcours. »

Et du côté des employeurs ?
Maintenant que les chercheurs d’emploi en TI savent sur quoi mettre l’accent dans leur CV, les employeurs gagnent pour leur part à s’adapter à la réalité du marché. En effet, selon Albano DeJesus, ces derniers doivent s’assurer d’offrir une grille salariale compétitive ainsi que des conditions de travail qui faciliteront l’attraction et la rétention des employés. Après tout, si les recruteurs ont le droit d’être exigeants, les candidats à l’embauche y ont droit également !

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#